Le mystérieux point G

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En terminant ma dernière chronique, je vous avais promis un sujet plus joyeux alors le voici. J’ai décidé de vous parler du point G. Bien qu’il soit de plus en plus connu, il demeure un sujet controversé tant au niveau de son origine qu’au niveau de la recherche de son fonctionnement. Je n’ai malheureusement pas de réponse exacte à vous donner, mais je fais faire avec vous un tour d’horizon sur ce qui a été mis de l’avant jusqu’à présent.

Marie Eve Landreville (Photo: gracieuseté)

Le point G a été découvert en 1950 par Ernest Gräfenberg, d’où l’origine de son nom. En fait, le point G représente une zone érogène de grande sensibilité située dans le premier tiers du vagin sur son côté antérieur. Lorsque stimulé de manière prolongée, il permettrait d'obtenir une excitation sexuelle et un plaisir plus intense. Certaines femmes et certains hommes mentionnent ne jamais l’avoir trouvé c’est pourquoi tout ce qui l’entoure demeure mitigé.

Est-ce que nous en possédons toutes un nous les femmes?

Selon des études, 50 à 70% des femmes rapportent avoir une zone plus sensible au niveau du vagin. Cependant, il n’y a aucune preuve tangible que cette dite zone existe. Ce n’est pas comme si on pouvait le voir à l’œil nu ou avec une échographie. Selon Odile Buisson, gynécologue, le point G serait le point de contact entre le vagin et la racine interne du clitoris, c'est la zone d'adossement en quelque sorte. Ce fameux point G serait donc l’interaction de différentes parties de la zone génitale et non un organe en soi.

D’autres chercheurs croient que le point G est en fait une petite prostate. Celle de la femme serait donc cinq fois plus petite que celle de l’homme, mais elle se gonflerait lorsque stimulée. Cette prostate pourrait être responsable de l’éjaculation féminine; phénomène lui aussi peu connu. En fait, la sexualité de la femme et particulièrement les mécanismes physiques reliés au plaisir ont été peu étudiés et documentés. Les femmes qui souffrent de difficulté à obtenir l’orgasme bénéficieraient grandement de recherches dans ce domaine.

En bout de ligne, il ne s’agit pas nécessairement de trouver le point G mais bien plus de s’amuser à essayer de le trouver…quitte à y passer toute une vie !

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires