Manger cru ou cruel ?

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Par Bob le Chef


“Le crudivorisme, appelé plus communément l’alimentation vivante [référence nécessaire], est une pratique alimentaire qui consiste à se nourrir exclusivement d’aliments crus et souvent issus de l’agriculture biologique” - Source: Wikipedia [louche]
 

(Photo:Deposit Photos)

Si la chef de pupitre ne m’avait pas informé du sujet de ma chronique il y a déjà un mois, j’aurais été tenté de lui prêter des intentions macabres, inspirées par les nouvelles sordides dont ont été affligées les manchettes au cours des derniers jours. Quête de sensationalisme écartée de ses intentions donc. Sauf que, manger cru ? Quitte à admettre une attention sélective déviante de ma part, j’assumerai la suite. Fin du disclaimer.

C’est qu’entre temps vois-tu, tant dans mon lecteur RSS que dans le rack à journaux du dépanneur, il y a d'abord eu le “zombie de Miami” qui s’est fait abattre par les policiers en pleine rue, alors qu’il dévorait littéralement le visage d’un itinérant. Puis, plus près d’ici, le psychopathe aux alias de pornstars, qui manie couteau et fourchette dans le fessier de sa victime sur les intertubes, avant d’envoyer un doggy-bag au gouvernement. Ni du - difficile de calculer s’il l’est plus ou moins que les deux autres - freak émasculé, qui a cuisiné son propre pénis à ses invités pour la modique somme de 100 000 yens - soit 1300$... 

À propos de manger du bambou, heureusement que d’un autre côté, il y a aussi le panda dans nos nouvelles, seul membre de la famille des ours à être un fier crudivore et qui, grâce à ses intentions noblement anarchiques, nous donne de l’espoir en ces temps troubles. (Mention honorable également à Georges Laraque, mais c’était une autre époque.)

Maintenant que je vous ai mis en appétit, tombons dans le vif du molet, ou plutôt, du sujet. Pardon pour le lapsus. Je vous rassure. Loin de moi l’idée de vous initier aux rites du cannibalisme - je garde cette thématique pour ma chronique post-21/12/2012, jour de l’apocalypse, ainsi que l’anecdote sur comment j’ai rencontré mon ex-femme qui va avec...

---

Pardonnez d’autant plus cette introduction crue. Mais, quand on approche la faim du monde, il est impératif de dresser la table en perspective par rapport à des pratiques telles que le crudivorisme - le vrai sujet de cette chronique - pour lequel je saigne.

Étymologie de la patente: du latin crudus, qui signifie saignant, non-digéré. Puis vore, pour avaler ou dévorer. Et isme, pour illustrer une doctrine ou un dogme. L’hérésie du crudivorisme est divisée en trois écoles

Crudivore, omnivore, carnivore, herbivore, locavore, glandivore, fumivore ??? Y’a dequoi devenir locovore !

Les crudi-carnivores, dont la viande fait partie de l’alimentation. On pense tout de suite à de délicieux tartares, mais je me demande si le ceviche est legit dans leur diète puisque la viande “cuit” dans le jus d’agrume. Le débat est lancé... Entre temps, du tartare et du caviar sur le régulier à tous les soirs? Bien que ça puisse sonner glamour... Pas pour moi.

Ensuite il y a les crudi-végétariens, qui se veulent moins cruels que les premiers, puisqu’ils ne répandent pas le sang. Tant mieux pour eux, les plantes ne crient pas quand on les tue en croquant dedans. C’est probablement d’ailleurs ici que les qualités “purificatrices” d’une telle diète prennent souche... Les raisons pour lesquelles on devrait à tout prix éviter de les faire bouillir, ne serait-ce que dans de l’eau et du sel, m’échappent toutefois. Tout comme s’empêcher d’y ajouter un peu de beurre... Mais bon, comme dit ma mère: “ça prend de tout pour faire un monde”. Concept auquel j’adhère d’emblée, car je reconnais qu’on aura effectivement besoin de bras pour nous enterrer.

Finalement, parce qu’il y en a toujours une gang qui trouve le moyen de repousser les limites à l’extrême, on a aussi les crudi-végétaliens, parmi lesquels on compte les granivores et les frugivores. Inutile de mentionner qu’un régime constitué uniquement de graines ne m’excite pas beaucoup. Quant à croquer que des fruits, le taux d’acidité me donne mal à l’estomac juste à y penser. Allô l’acné dans le dos et l’eczéma...

Crudivore, omnivore, carnivore, herbivore, locavore, glandivore, fumivore ??? Y’a dequoi devenir locovore ! C’est probablement parce qu’on a trop de choix par rapport à notre alimentation qu’elle est aussi mêlante de nos jours. Avec le menu qui nous est présenté, dont la variété est inégalée dans l’histoire de l’humanité, tant dans les ingrédients que les façons de les apprêter, il est normal qu’on ait de la difficulté à faire nos choix... “Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es” disait Brillat-Savarin dans sa “Physiologie du goût” en 1825. Rendu en 2012, je préfère penser qu’il ne repose que sur ta conscience de manger en conséquence. Mesdames et messieurs faites vos jeux.

 

Lieux géographiques: Miami

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires