Lazylegz. Danser à tout prix.

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lazylegz, ce nom vous dit peut être quelque chose? Luca Patuelli de son vrai nom est un danseur hip hop. Bien qu'il ait grandi à Washington D.C aux États-Unis, ce Montréalais est revenu dans sa ville natale et a pris résidence sur Le Plateau. Rencontre avec ce jeune breakdancer de 27 ans.

Lucas Puatelli dit Lazylegz vous l'avez peut-être déjà vu sur Internet, ou à la télé. Ce danseur ne laisse personne indifférent. Atteint d'arthrogrypose (une condition qui limite la croissance de ses jambes), Lazylegz danse avec ses béquilles, qui sont devenues l'extension de ses bras. «La danse est une façon de s'échapper. C'est une activité qui permet de m exprimer» explique t-il. Il est l'un des Bboys les plus pris en exemple par les jeune breakdancers, et pourtant enfant il s'imaginait joueur de baseball. Une passion qui s'est arrêté brusquement lorsqu'un camp d'été a refusé son inscription à cause de son handicap. Par la suite il trouvera refuge dans le skateboard, mais à 14 ans une opération l'obligera à arrêter et à changer de voie pour la danse. Un mal pour un bien qui a tracé son destin.

La danse dans la peau

C'est à 15 ans que Luca découvre la danse dans son lycée. «On pratiquait derrière la cafeteria avec des amis. Au début je n'utilisais que mes bras. Je me suis servi de mes béquilles que deux ans après avoir commencé à danser» raconte t-il.  «Au début je faisais ça comme un jeu. Pour le dépassement, pour oublier l'handicap et tout le reste. Puis au fil du temps c'est devenu de plus en plus sérieux. J'ai affiné les mouvements, mon style.»

Luca va entièrement se plonger dans la danse lors de son retour à Montréal. Inscrit à l'université Concordia, il prend conscience qu'il n'a qu'une envie: faire de la danse son métier. En même temps que ses études, il multiplie les pratiques et s'entraine fort. Parfois, le choix entre les études et la danse a été dur à faire mais «mes professeurs m'ont beaucoup soutenu et aidé», souligne Luca avec reconnaissance.  

À force de détermination et de travail,  Luca Patuelli se fait de plus en plus connaitre. Il accumule plus de 280 000 visites sur ses vidéos You Tube et se présente même à la troisième saison de So You Think You Can Dance Canada. Récemment, il fait une apparition dans le film Sur le rythme qui met en vedette Nico Archambault, vainqueur montréalais de la première saison de SYTYCDC. «La production m'a appelé et m'a dit "Nico t'as choisi pour danser dans le film"», raconte-t-il.  

«Pas d'excuses, pas de limites »

En plus de la danse, Lazylegz donne des conférences de motivation. Ses messages: prendre le mal pour en faire un bien et surtout «Pas d'excuse pas de limites». «N'importe qui, handicapé ou non peut faire ce qu'il veut s'il y croit». Des messages tirés de sa propre expérience. «Adolescent, pour faire du skate je me mettais à genoux je poussais avec mes mains. Je n'étais pas comme les autres, mais dans mon cœur je me sentais skateboarder», explique-t-il. Aujourd'hui cette même détermination l'amène à intégrer une troupe française de danse contemporaine pour une tournée mondiale dès septembre.  

Parallèlement à sa carrière de danseur solo, Luca multiplie les projets. En 2007 il fonde Ill Alibilities, une troupe internationale de breakdance comprenant des danseurs perçus comme ayant des limitations physiques. Pour lui, l'idée de ce projet est de détruire les idées reçues sur les personnes handicapées, inspirer, divertir et surtout prouver que tout est possible en livrant ce message fort : Pas d'excuses, pas de limites.

 

Pour plus d'infos sur Lazylegz et Ill Abilities consultez les sites Internet http://lazylegz.com/ et http://www.illabilitiescrew.com/

 

Léa Bages

 

 

 

 

Organisations: Université Concordia

Lieux géographiques: Montréal, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires